Moi Cochon, victime de la guerre

Publié le par Le cochon dingue

J'étais en 3eme année des Arts Décos et les profs de graphisme nous avaient demandé de faire le portrait d'un de nos camarades de promo. Peu importait le support (dessin, photo, vidéo), il fallait  mettre en valeur graphiquement l'âme, l'esprit ou une facette de la personnalité du sujet.
J'étais tombée sur  Isabelle avec qui j'avais à peine échangé 3 mots dans l'année.

- Oh, Cochon, je suis trop contente de faire ce projet avec toi !
- Ben... oui, c'est cool qu'on soit ensemble...
- Je n'avais pas envie de faire quelque chose sur quelqu'un de banal.
- C'est gentil, mais ça m'étonne que tu penses ça. Je ne suis pas particulièrement excentrique et j'ai l'impression de passer un peu inaperçue au premier abord.
- Non, mais ce que je veux dire, c'est que tu es Libanaise. Donc on va orienter ton portrait sur ce que tu as vécu de douloureux pendant la guerre.
- Je suis désolée de te décevoir mais je n'ai pas vécu la guerre. Mes parents ont quitté le Liban en 75, tout juste au début des affrontements.
- Ah... Me répond-elle contrariée. Ce n'est pas grave,  tu vas me montrer où tu habites et je vais t'interviewer chez toi. Tu crèches dans le 16eme ?
- Pourquoi ? Tous les Libanais sont censés habiter dans le 16eme ? Non, j'habite dans le 5eme.
- Ah, c'est pas mal non plus !
- Mes parents étaient étudiants en France en mai 68. Ils ont une affection particulière pour le quartier Latin. Il y a 30 ans, c'était le quartier des étudiants et les loyers n'étaient pas chers. On a gardé notre appart depuis cette époque.
- Peu importe. Dis-moi Cochon, tu n'as pas vécu la guerre, mais elle t'a marquée quand même ?
- Oui, évidemment ! Dis-moi, on ne pourrait pas traiter l'interview sous un autre angle, je n'ai aucune envie de jouer les victimes. Si tu essayais d'en savoir un peu plus sur ce que je suis vraiment, tu verrais qu'il y a d'autres choses plus intéressantes.
- Bien sûr. Parlons de toi. Tu devais être considérée comme une étrangère quand tu étais petite. Tu as eu du mal à parler français ?
- Pfff... Je ne parle QUE français. Je n'ai jamais appris l'arabe. Mes parents ont fait toutes leurs études en français, donc non, je n'ai pas eu de problème d'intégration, à part quand je tombais sur des connards qui avaient des préjugés sur les Libanais.
- D'accord. Alors pendant ton enfance, tes camarades te traitaient de sale arabe, par exemple.
- NON, parce que j'avais la peau très claire et les yeux bleus, ça ne se lisait pas sur ma tête que j'étais une "sale arabe" comme tu dis.
- Ok... Tu n'as pas vécu la guerre, mais tu as sûrement de la famille qui est restée au Liban ?
- Exact.
- C'est terrible, tu devais être traumatisée de savoir tes proches sous les bombes. Il y en a qui sont morts ?
- Ca te ferait un super sujet si je te disais oui ? Hé bien non. Encore désolée, mais je n'ai pas connu de drames et personne n'est mort. On a perdu tout nos biens matériels, mais heureusement tout le monde va bien.
- Mais vous êtes ruinés maintenant !
- Ca te fait plaisir de penser ça ?
- Je vais photographier cette chaise de bureau. Elle est toute pourrie, je me demande comment tu fais pour travailler dessus. En tout cas, je trouve qu'elle est très représentative de ton histoire. Je l'intitulerai "Grandeur et décadence". La chute d'une ancienne famille libanaise qui a perdu toute sa richesse dans la guerre.
- Bien sûr... Tu peux aussi prendre en photo le papier peint qui se détache... Et là il y a une trace de moisi sous la fenêtre, je suis sûre que ça te fera un reportage formidable...
- Ah oui, d'accord. Et je vais faire une photo de toi. Est-ce que tu peux regarder au loin, dans le vague, avec un air triste...
- Genre je suis une pauvre orpheline. Envoyez-moi vos dons au "36 17 la guerre m'a tuée".
- Oui, mais n'en fais pas trop non plus, il faut que ce soit émouvant mais pas pathétique.
- Je crois que j'y arriverais...
- Et pour moi, tu vas faire comment mon portrait ?
- Ca va être simple, je vais coller ton nom sur un poster de charognard.

Publié dans Cochon dingue

Commenter cet article

Iyhel 09/12/2007 14:17

Ah ah ! En plus si tu t'es barrée elle a pu en rajouter sur la pudeur de la fille blessée et meurtrie etc. etc.(et le poulpe ?)

Le Cochon dingue 08/12/2007 13:05

Moi non plus je n'ai pas compris le commentaire de Fabien.En fait, je ne sais pas qu'elle note elle a eu pour son joli projet. Le jour de la présentation devant toutes les classes, je me sentais tellement mal, j'appréhendais tellement toutes les conneries qu'elle allait dire que je me suis barrée comme ça...Après, j'ai plusieurs copains qui m'ont dit que mon portrait été très "touchant", très "émouvant". J'imagine le pire.

Iyhel 07/12/2007 21:34

Oh, un billet que j'avais loupé !Alors déjà j'ai rien compris au commentaire de Fabien.Mais surtout : elle a eu une bonne note pour ce magnifique traitement du sujet ?(ah et puis je te rappelle que tu dois nous dessiner un poulpe, ça serait sympa parce que notre fille l'attend pour se décider à sortir, les lamas ne lui ont pas plu)

Fabien 04/12/2007 20:14

Pfff... Moi les gens heureux, ça me déprime ! Heureusement que Pernault existe pour nous rappeler : Ô combien s'était mieux avant !