Histoire n°2 par Monsieur Meurin père

Publié le par Le cochon dingue

Pour cette semaine de la St Valentin, le Cochon Dingue laisse la parole à ses lecteurs. Voici l'histoire écrite par le papa de Deudeu (euh, Deudeu, il ne faudrait pas que ton père erre sur mon blog, parce qu'il risquerait de se dire que je suis complètement débile et que son fils mérite de meilleures fréquentations).

Mirliton – il n’avait jamais compris pourquoi ses parents l’avaient affublé de ce prénom; était-ce en raison du pauvre talent rimailleur de sa mère ? était-ce en raison de la clarinette dont jouait, en secret, son père ? – Mirliton, donc, se devait de réussir ce soir. Son avenir serait au bout de cette nuit.
Dans le jour, au zoo, Mirliton jouait avec son otarie ; c’était son métier: pour le grand plaisir des enfants, il attaquait celle-ci avec son pistolet à gaufres et l’otarie levait les bras (?) avec des « oumohg oumohg oumohg » témoignant d’une peur imaginaire, avant d’engloutir ses poissons-récompenses.
Hier, après son travail, quand il avait revu Eva d’Armagnac Fuschia, elle lui avait demandé dès son arrivée, d’un ton évasif, d’où venait cette odeur putride ? La gastro-entérite avait-elle encore frappé son entourage ?
Il se rendit compte que, très en retard – et EVA détestait le retard des autres - , il n’avait pas eu le temps de se changer après son travail au zoo. Il avait dû ruser et lui raconter des balivernes pour s’échapper au plus vite, avant que l’origine de l’arôme nauséabond ne soit connue.

Ce soir, donc, il fallait qu’il compensât ce fâcheux contre-temps olfactif et se montrât sous son meilleur jour ... ou soir.

Quelques heures plus tard, quand Eva d’Armagnac Fuschia se pressa contre lui, il sut qu’il avait eu raison d’abuser de SHOLAMUR, la célèbre eau de toilette à base de citron vert.
Il s’abandonna alors, se laissa gouverner par la sensualité torride de la belle EVA et se dit que lui, employé de zoo, se voyait bien profiter des titres nobiliaires de la dynastie des Armagnac Fuschia.

Essayez donc de phonétiser le cri de l'otarie effrayée !

Publié dans Cochon dingue

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

2 2 13/02/2008 16:30

que c'est réjouissant...

Le cochon dingue 13/02/2008 15:47

Tu sais, Modigliani est mort méconnu et miséreux. Tel est le destin des grands génies...

2 2 13/02/2008 15:38

Je crois très honnêtement que la dernière phrase était plus un clin d'oeil que partie intégrante de l'histoire.

Sinon je suis très déçu que personne ne vienne saluer l'histoire de mon popa :(