Histoire d'amour n°3, par le Cochon dingue

Publié le par Le cochon dingue

Tous les midis, Greg sert les desserts à la cafette de mon entreprise. Il y a un mois, quand je lui ai demandé une part de tarte au citron, il m’a répondu « je vous mets la plus grosse ? ». C’était la première fois qu’il me parlait. J’étais tellement troublée que j’en ai eu des crampes à l’estomac aussi douloureuses que la pire des gastros.
Depuis, j’ai des pensées obsessionnelles. Je nous vois tous les deux courir dans un champ de sucettes et de barbapapas. Greg est tout nu et me poursuit, son grand pistolet à gaufres dardé vers moi. Je ne sais pas ce que ça peut vouloir dire…

A force d’œillades et de sourires languissants, il a fini par comprendre qu’il me plaisait. J’ai appris qu’il s’appelait en fait Grégoire Cyprien de la Voguette-en-Padours, enfin un nom à rallonge quoi. Il descend d’une vieille famille nobiliaire qui a gouverné le Poitou-Charentes.
- Alors tu connais Ségolène Royal ?
Il m’a répondu que son ancêtre était Aliénor d’Aquitaine et que Ségolène, malgré son nom royal, ne faisait pas le poids. Il se la pétait un peu mais je lui ai quand même proposé de passer la soirée avec moi pour la St-Valentin. Malheureusement il avait déjà prévu d’aller jouer à l’Otarie-Club.
- Non, au Rotary Club ! Je dois y donner un concert de mirliton. En fait, je travaille à la cafette pour rester indépendant financièrement mais le soir je m’adonne à mes vraies passions.
- La musique ?
- Oui. Entre autres… M’a t’il répondu avec un geste évasif.
- Les femmes ?
Je me suis collée à lui et j’ai essayé de l’embrasser.
- Ecoute, tu me plais beaucoup mais je ne sais pas si c’est bien raisonnable. Je sors à peine d’une rupture…
- Et tu es encore amoureux ?
- Non mais en guise de message d’adieu, mon ex m’a dit que mon haleine était putride ou fétide, je ne sais plus quel terme elle a employé exactement. Enfin, ça revient au même, je pue de la gueule, quoi ! Depuis je mâche des stimorols toute la journée.
- Ce sont des balivernes ! Elle a sûrement dit ça pour te blesser. Tu sais, il n’y a qu’un seul moyen de vérifier !

J’ai posé mes lèvres sur les siennes et j’ai introduit ma langue dans sa bouche. C’était bon... Avec un agréable goût de chewing-gum à la chlorophylle. Mais en poussant l’exploration au fond du palais, j’ai commencé à sentir un relent de chat crevé. Mon prince avait dû être un vieux crapaud purulent dans une autre vie. Mais franchement je m’en foutais… Lui et moi (et les chewing-gums à la menthe) on allait s’aimer jusqu’au bout de la vie.
Hum… Bon, disons déjà jusqu’au bout de la nuit…

Publié dans Cochon dingue

Commenter cet article

Le cochon dingue 14/02/2008 18:39

Dodue, demain je mets ton texte en ligne !

2 2 14/02/2008 10:18

Dodue a mis son histoire en ligne sur son propre blog.

@Fabien : comme si tu avais besoin d'excuses...

Le cochon dingue 14/02/2008 00:17

C'est marrant ! Les grands esprits se rencontrent !Je suis partante pour l'histoire crado-trash aussi !@Dodue : je n'ai toujours rien reçu...

Fabien 13/02/2008 22:55

AAAARRRRRGGGGGGGLLLLLLL !!!!!!!!!!!!!!!!!!ça fait depuis 2 jours que j'avais sous le coude ma blague du Rotary-Otarie Club, toute mon histoire tombe à l'eau !!!Fuck !Pour la peine, t'auras le droit à une histoire d'amour crado-trash-punk bertrandienne ! V'là, puni le Cochon !

Dodue 13/02/2008 21:42

Plutôt érotique cette petite histoire.Je t'ai envoyé mon texte, mais comme j'ai un peu merdé si tu ne l'as pas fais-moi signe.