La vengeance de ma disciple (part.II)

Publié le par Le cochon dingue

Hier Betty est revenue. Elle m'a tendu un objet enveloppé dans du papier de soie.
- Tiens, c'est le bulbultura miniature à motifs de girafes ailées !
- Vraiment ? Tu l'as trouvé où ?
- J'ai cherché sur internet. En fait, c'est un instrument de musique qui vient d'Inde ou d'Afghanistan, alors je suis partie en Inde.
- Tu plaisantes ?
- Non. J'ai passé une semaine là-bas, mais quand j'ai vu que je ne trouvais rien, j'ai décidé d'aller en Afghanistan.
- Allez, arrête de me faire marcher, je ne te crois pas.
- A Kaboul, j'ai failli me faire enlever, mais mon guide a négocié une rançon que j'ai payée directement avec l'argent que j'avais sur moi.
- Ca ne me fait plus rire, Betty. Arrête ton délire.
- Comme j'étais sous le choc et que j'avais perdu l'espoir de trouver un bulbultara avec des motifs de girafes ailées, j'en ai acheté un tout simple et j'ai peint les girafes moi-même. C'est pas trop grave ?

J'ai sorti la cithare de son papier de soie et j'ai regardé les girafes difformes peintes d'une main tremblante.
- C'est très bien comme ça. Maintenant dis-moi la vérité. Où as-tu trouvé cet instrument ?
- Je te l'ai déjà dit ! Je l'ai trouvé dans un marché de Kaboul. Ah au fait, je t'ai aussi rapporté mes notes de frais. Voici un papier avec le total de mes dépenses.
- 12 355€ ?!!!
- Entre les billets d'avions, les guides, les déplacements en taxi, les hôtels, la rançon et l'achat du bulbultara, ça aurait pu être pire.
- Je rêve, je vais me réveiller. C'est sûr, je vais me réveiller.
- Tu n'as qu'à donner les factures à la comptable de la boîte pour qu'elle me rembourse.
- Mais comment veux-tu que je justifie tout ce bordel ! Je n'ai jamais eu besoin d'un bulbultara ! C'était une blague, juste une blague pour que tu me laisses tranquille, pour que tu me foutes la paix ! Si je t'avais demandé de te mutiler, de sauter par la fenêtre ou de tuer tous tes collègues, tu l'aurais fait ?
- Pourquoi tu m'engueules alors que je n'ai fait qu'obéir ?
- C'est bien ça le problème ! T'es quoi ? Un robot, une esclave ? Tu ne peux pas prendre 2 secondes de réflexion pour te dire que c'est un ordre à la con et que tu n'as pas à l'exécuter ?
- Je ne comprends pas...
- Mais enfin, c'est comme si je t'avais demandé : "va voir là-bas si j'y suis !" Est-ce que tu y serais allée ?
- Oui, au cas où tu aurais inventé une machine à téléportation...
- Est-ce que j'ai vraiment une gueule à inventer une machine à téléportation ? Mais qu'est-ce qui m'a foutu une stagiaire aussi débile! Et comment je vais pouvoir te rembourser tes 12 000€ !
- 12 355€ exactement...
- Je vais te tuer ! JE VAIS TE TUER !
- Non, calme-toi, c'était une blague. J'ai trouvé le bulbultara sur Ebay !
- Quoi ? Vraiment ? Et pourquoi tu n'étais pas là la semaine dernière ?
- Je devais passer la soutenance de mon mémoire. Le secrétariat ne t'a pas prévenue ?
- Non...
- C'est bizarre... Euh... Dis Cochon ?
- Quoi encore ?
- Tu pourras me rembourser le bulbultara ? Il m'a quand même coûté 320€. Et en plus j'ai dû acheter des pinceaux et de la gouache pour peindre les girafes. D'ailleurs je trouve que je me suis pas trop mal débrouillé, non ? Elles sont vraiment belles, mes girafes ailées !

Publié dans Cochon en agence

Commenter cet article

Iyhel 07/11/2008 09:25

Tu as bien de la chance, Cochon, d'avoir naturellement hérité d'un "nom d'écrivain" !

Francis 05/11/2008 13:49

(hey, moi je l'ai le cochon ailé qui tourne en rond !)

marie-georges Profonde 05/11/2008 13:10

copiiiiiiiine !(Raoul-Georges ça sonne bien.)

Cochon 05/11/2008 12:35

Ouiiiiiiii ! On va être amies ! On va être amies !(mon nom d'écrivaine c'est mon vrai nom. Est-ce que tu crois qu'il est trop compliqué et que je devrais prendre un pseudo genre Raoul-Georges ?)

marie-georges Profonde 05/11/2008 12:32

(Frappant des mains et sautillant) : ouiiiiiiiii ! Tu y es sous ton nom d'écrivaine ?