L'homme au cerveau géant ou la chaîne de l'inculture

Publié le par Le cochon dingue

A ma naissance, j’étais inculte (cela arrive même à des gens très bien). Depuis je le suis un peu moins, mais bien sûr tout est relatif. Je suis plus instruite qu’une chèvre périgourdine mais moins cultivée que l’homme au cerveau géant. Permettez-moi d’ailleurs un aparté sur l’homme au cerveau géant, qui mourut d’une obésité du lobe frontal et dont on cacha l’existence de monstre encyclopédique. C’était lui qui, enfermé dans le tout premier ordinateur, corrigeait les calculs erronés de l’intelligence artificielle. Il a ainsi passé les dernières années de sa vie emmuré, avec pour seule compagnie des ingénieurs informaticiens boutonneux qui lui tapaient dessus quand il piquait un somme.

J’ai déduit de ce drame humain que le savoir nuit à la santé. Enfin cette problématique ne me concerne pas puisque j’ai beau lire et m’instruire, ma mémoire ne retient rien. Choc psychologique. Amnésie volontaire. Inconsciemment j’ai peur de devenir la femme au cerveau géant, de mourir d’un trop-plein de neurones, d’une surabondance de matière grise. Mais ça ne risque pas, ma tête est vierge de connaissances.

Devinant les limites de mes capacités intellectuelles, Marie-Georges Profonde m’a proposé de participer à la Chaîne de l’inculture (merci, je ne sais pas bien comment le prendre) et de dévoiler ainsi le trou abyssal de mon ignorance devant tous mes lecteurs (soit 53% de la population mondiale, chiffre basé sur des calculs très poussés et un sondage réalisé sur 2 personnes).
Donc je dois aborder ces différents domaines : cinéma, livres, géographie, mathématiques, nourriture et boissons.

Comme je vous le disais, je suis vide. Ma tête fait un drôle de bruit quand on tape dessus. Un bruit de crécelle, une jolie musique de pas grand-chose, comme des grains de sable qu’on secouerait dans un verre. Des fois, je m’agite rien que pour entendre mes 2 neurones danser.

J’en ai lu des livres, tout Balzac, tout Zola, et des centaines d’autres. Le problème c’est que je n’ai rien retenu.
J’en ai vu des films et je pourrais les revoir 100 fois, toujours avec la même surprise. Ah ? Il meurt à la fin ? Je ne m’en rappelais plus…
Les reportages sur les volcans ou les momies égyptiennes qui passent sur Arte à l’heure de ma pause digestive, ne laissent pas plus de traces dans ma mémoire (mais bon, ça c’est normal, c’est tellement chiant).

Quant à la géographie, c’est comme une mauvaise blague. Je me perds dans ma propre rue, alors comment voulez-vous que je sache où se place la Russie et les Etats-Unis sur une carte.
Paris est le centre du monde et le reste c’est l’Etranger. La banlieue c’est l’étranger, Tombouctou c’est l’étranger, Uranus et Pluton, c’est aussi l’étranger. J’ai pas besoin d’en savoir plus.

Quand je vois des écoliers faire du calcul mental, je crains à chaque fois une rupture d’anévrisme dans leurs petits crânes fragiles. A additionner et soustraire pendant des heures, on risque une surchauffe neurologique. Certains instituteurs devraient être condamnés pour tentatives d’assassinat sur leurs élèves. Moi j’ai décidé de ne plus jamais compter, j’ai toujours une calculatrice sur moi. Je rends les mathématiques directement responsables de la mort de l’homme au cerveau géant. Pauvre homme, foudroyé par une division à 12 chiffres.

Dernier point : la nourriture.
Je pêche par flemmardise. Ouvrir une boîte ? non trop compliqué. Une barquette surgelée ? Bof… Ca brûle les doigts. Une pomme ? Pfff… Faut la laver.
Vous l’aurez compris, la cuisine c’est pas trop mon truc. Mon dernier chef d’œuvre : une galette des rois que j’ai fait fondre entre les barreaux de la grille du four.
Ah ? Il fallait mettre une plaque ?



Voilà… Avant que je n’oublie, je refile le bébé à Deudeu, qui semblait très motivé par le sujet. Bizarre… Lui, c’est une vraie encyclopédie vivante. Sûrement le petit-fils de l’homme au cerveau géant.
Fais gaffe Deudeu, tu risques la surchauffe.


Publié dans Cochon dingue

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Francis 21/01/2009 12:23

L'inculture, c'est comme la confiture : c'est bon.

Melle ciguë 20/01/2009 01:19

Entre nous... oui... (enfin, je me suis battue avec ce qui restait du plastique pour le décoller de la peau, c'était tout de suite moins croustillant, mais probablement meilleur...)

Saint Pingouin, leader du peuple pingouin 19/01/2009 18:10

Ben quoi, c'est pas comme ça qu'on fait cuire une galette des rois ?

sarah 19/01/2009 17:42

Ah David Lynch lui il a le cerveau en presse purée-hachoir à viande... C'est un modèle très spécial. Il faut une boite crânienne équipée anti-vibration sismique par la Naza, sinon les gens qui te font face à la cantine ont une drôle d'impression.

2 2 19/01/2009 15:38

Sarah : c'est toi, alors, la scénariste de David Lynch depuis Lost Highway ?