L'histoire vraie du voyage de Cochon (2)

Publié le par Le cochon dingue

Alors que l'agent de sécurité m'entraînait à l'écart pour une fouille corporelle, je m'imaginais déjà menottée à une chaise (électrique tant qu'à faire), au milieu d'une grande salle aux murs blancs recouverts d'instruments de torture, scies sauteuses, hachoirs, scalpels ensanglantés (aurais-je vu trop de films d'horreurs ?)...

Que vous me croyiez ou non, je ne voyage pas avec des grenades dans les poches et une kalachnikov sous la jupe. J'ai même jamais jeté de boule puante en classe, c'est dire si je suis au delà de tout soupçon.
M'est avis qu'à force de fouiller les gens et de les empêcher de prendre leur avion à temps, on fait naître en eux des désirs de vengeance et de bain de sang. On n'a jamais évoqué l'éventualité qu'Al Qaïda pourrait être un regroupement de passagers mécontents de la prestation déplorable de leur compagnie de voyage...
Tiens, cette réflexion mériterait que je me fende d'un mail à la CIA, mail qui changerait probablement la face du monde et améliorerait certainement les services clients dans les aéroports internationaux.

La fille a commencé à me palper. Rien d'érotique ni de salace, petits pervers, je vous vois venir avec vos gros sabots.
Elle mâchait un chewing-gum et avait un de ces airs blasés (elle aurait pu postuler pour être figurante dans Derrick)... Elle tirait une gueule de 3 mètres de long, alors que franchement, des milliers d'hommes auraient rêvé d'être à sa place. Mais passons... Elle aurait pu me fouiller de fond en comble, me faire le grand nettoyage de printemps, elle n'aurait rien trouvé sur moi, ni en moi (peut-être à la rigueur un vieux tampax oublié à l'intérieur par mégarde, mais pas de quoi faire sauter un Boeing 747...)

J'ai entendu mon nom retentir dans tout le terminal 2F de l'aéroport. Dernier appel pour l'embarquement. Le passager Cochon doit se présenter en urgence au comptoir Middle East.

- C'EST MOI, COCHON ! JE SUIS LA ! ON ME SEQUESTRE !!
La fille m'a regardé avec ses yeux de poisson trop frit. Elle a mis la main dans sa poche et en a sorti une clope.
- Vous n'avez pas le droit de fumer.
- Ici, la loi, c'est moi !
- Au moins, ça a le mérite d'être clair...
- C'est juste une cigarette électronique.
- Ca ne vous dérange pas que tout un Boeing m'attende ?
- Qu'il décolle ou pas, je toucherais le même salaire à la fin du mois.
- Vous avez pensé à une reconversion professionnelle ? Figurante dans des téléfilms allemands par exemple.
- Vous croyez ? J'ai toujours voulu être une artiste.
- Bien sûr, vous avez la tête de l'emploi !
- Bon, vous pouvez partir. Ne perdez pas de temps si vous ne voulez pas vous faire lyncher par les autres passagers.

Je ne me suis pas fait prier. J'ai couru laissant derrière moi l'agent, sa clope électronique au bec, rêvant sans doute de cinéma et de gloire. Une nouvelle carrière. Arrêter de palper des inconnus pour palper de beaux acteurs.

Et moi j'ai décollé avec 2 heures de retard, entourée de voisins furieux et maugréant. Mais peu importe, je me suis envolée.



Publié dans Cochon dingue

Commenter cet article

BlueChris 18/03/2009 01:17

"On n'a jamais évoqué l'éventualité qu'Al Qaïda pourrait être un regroupement de passagers mécontents de la prestation déplorable de leur compagnie de voyage..."Mdr!! J'ai vécu ça aussi... et le regard des gens... La mémé qui dit à son mari : "Je te l'avais bien dit! Regarde la tête qu'elle a!" Super ton blog! Je reviendrai! Bisous!

imaginair' 16/03/2009 12:58

Pour ce qui me concerne, à part avoir été fouillé, j'ai été pris pour une star de la télé par un agent de sécurité à l'aéroport de Roissy. Il a regardé mon passeport et m'a dit qu'il ne savait pas que mon nom de télé était un pseudo. Je lui ai expliqué qu'il confondait. Il m'a fait un clin d'oeil en me disant qu'il nétait pas dupe. Je n'ai rien osé lui dire après et je ne saurais donc jamais à qui je ressemblais.

Le cochon dingue 15/03/2009 23:30

Merci.Je crois qu'il ne me reste plus qu'à investir dans un Bescherelle...

Didier Goux 14/03/2009 12:27

Tiens, puisqu'on en est aux pinaillages grammaticaux : "Je ne me suis pas fait prier" (et non faitE), même quand on est une fille...

Le cochon dingue 13/03/2009 11:59

Oh, c'est gore...Je trouvais que j'allais assez loin, mais là tu me bats d'une longueur.