Le temps des stagiaires

Publié le par Le cochon dingue

L'été, c'est le temps des stagiaires. Ce matin, nous en avons reçu une cargaison toute fraîche. Moi je suis freelance, je suis juste de passage dans la boîte, alors ça ne devrait pas me concerner normalement. J'insiste bien sur le "normalement", parce que bizarrement, 1h après leur arrivée, ils étaient tous derrière moi, comme une famille de canards, à caqueter et à lever le cou plus haut que les autres pour regarder mon écran.
- Qu'est-ce qu'elle fait, qu'est-ce que tu vois ? Elle a appuyé sur quel bouton ?
- Elle regarde ses mails. Et maintenant elle va sur Facebook.
- Haha ! Mate sa photo de profil.
- Pousse-toi, j'vois rien. Priorité aux plus petits !
- Mais casse-toi, tu fais au moins 1m80.

Des bras partout, des milliers d'yeux, des râles et des gloussements, la bête à 100 têtes me faisait froid dans le dos.
Et forcément, impossible de me concentrer sur mon jeu de mafia.

- C'est pas bientôt fini, ce cirque ? Installez-vous devant vos ordis et faites semblant de travailler, comme tout le monde.
- Mais on n'a pas de machines. On ne devrait les recevoir que la semaine prochaine...
- C'est une blague ? Qu'est-ce que vous allez faire pendant une semaine ?
- Justement, le boss a dit que tu allais nous former.
- Bordel ! Je suis graphiste, pas nounou. Et puis je suis nulle pour former les gens. La preuve !

Je leur ai montré du doigt ma stagiaire attitrée qui, avachie sur son siège, examinait son ventre minutieusement.
- Betty, je peux savoir ce que tu fais ?
- Je crois que j'ai un gros problème de santé. Je n'arrive pas à bronzer du nombril...
- Effectivement, ça mérite au moins un arrêt maladie. Dis-moi, tu en es où de ton travail ?
- Hein ? Quel travail ?
- Tu sais, celui que je t'ai donné il y a 6 mois, lorsque j'avais encore des illusions sur tes capacités intellectuelles et ta motivation.
- Ahhh... Ça me dit vaguement quelque chose... Ça avait un rapport avec internet ?
- Oui. Dans une agence qui crée des sites internet, ça me paraît logique, non ?

Et me tournant vers le troupeau de stagiaires :
- Vous voyez, comme je vous le disais, je ne suis pas la personne adéquate pour vous former. Je n'ai ni autorité, ni pédagogie.
- J'entends rien. Qu'est-ce qu'elle dit ? a demandé un type tout au fond.
- Elle dit qu'elle est nulle ! A répondu une jeune fille à peine pubère.
- Oulà ! Je n'ai jamais dit que j'étais nulle ! Vous avez devant vous la meilleure graphiste de l'univers.
- Qu'est-ce qu'elle dit ? a redemandé le type tout au fond.
- Oh, rien. Elle se la pète grave ! A répondu la sale garce à peine pubère.
- Hé, un peu de respect, les beginners players. Et d'abord c'est quoi ces accoutrements ? Vous vous croyez à la plage ? Et ces dos voûtés ! On se tient droit quand on me parle ! Qui m'a fichu des bleubites pareils ! C'est pas une colonie de vacances ici. Maintenant, plus un bruit ! Pendant que je réponds à mes mails, j'aimerais entendre les mouches voler.
- Mais...
- SILENCE !!!

Après la pause déjeuner, le boss est venu me parler.
- Tu leur as fait quoi aux stagiaires ? Ils ne veulent absolument pas travailler avec toi.
- C'est parce qu'ils ne veulent pas travailler tout court. Je les connais les petits jeunes, tous des tire-au-flanc.
- C'est un vrai problème. A qui je vais les confier ?
- Je ne sais pas... à Betty peut-être ? Elle est là depuis 6 mois, elle a suffisamment d'expérience maintenant.
- C'est une idée...

J'ai jeté un coup d'oeil sur Betty. Elle était en train de se coller un sparadrap sur le nombril. Une nouvelle vie de chef l'attendait. Et l'expérience promettait d'être très intéressante...

Publié dans Cochon en agence

Commenter cet article

Cochon 02/07/2009 11:20

Ah mais ce n'était pas un gag ! Je ne fais juste que retranscrire ce que j'entends :-)

gautier 02/07/2009 00:41

Pardonne moi cochon, mais moi, je me félicite de n'avoir jamais pensé à l'écrire, ce gag...mouarf!

Fabien 01/07/2009 13:58

Ma foi, c'était bien drôle... Et je me suis bien esclaffé avec l'histoire du nombril qui bronze pas !
Hum... En fait, j'suis un peu dégoûté de n'avoir jamais pensé à écrire ce gag. ;)

Francis 29/06/2009 21:04

Go go, Betty go !