l'odyssée du cochon

Publié le par Le cochon dingue

Ca commençait très mal, cette histoire. Un billet acheté 2 jours avant le départ, pas d'assurance annulation, une fièvre qui sort d'on ne sait où, un médecin pas vraiment rassurant, le micro-climat particulièrement caniculaire du RER B, des suppositoires effervescents (berk berk berk), une prise de sang dont le résultat ne me parviendra jamais, bref les conditions idéales pour un voyage sous les meilleurs hospices...

Mais faut croire que Zeus et toute sa clique étaient avec moi, parce qu'une fois en Crète, je n'ai plus souffert de tous mes maux. Pour la première fois, organisation de dernière minute oblige, nous avons choisi la formule club de vacances. Nous n'aimons pas les clubs, alors l'objectif c'était de louer une voiture et de visiter la Crète par ses sentiers de montagnes. mais quand on est dans un club, à moins de se barricader dans sa chambre et de jouer à l'ermite associal, ce qui présente peu d'intérêt, il y a des choses qu'on ne peut pas louper. Genre l'animatrice à voix de casserole qui hurle toutes les 5 minutes : "on lève les bras en l'air ! alleeeeeezzzzzz !!! "
Une bonne lobotomie d'une semaine et on revient en chantant la chanson du club, en tapant dans les mains et en criant : 1 2 3 Olé ! 3 2 1 Pioupioupioupioupiou (imiter la poule avec les bras).

Quand on est arrivé la première nuit, il soufflait un vent à décorner les mammouths. L'animatrice nous a rassurés en nous certifiant que c'était exceptionnel, mais pas si exceptionnel que ça à en juger par la quantité d'éoliennes et la forme des arbres tout biscornus.

Le matin, alors que Super-Mario, l'Italien torride et Super Jaimie, la GO à voix de dindon mettaient le feu à la plage de français amorphes rôtissant sous le soleil et fuyant les "Olé ! pioupioupioupioupiou..." et autres animations débiles, nous partions dans notre jolie Nissan pour une petite balade crétoise.

Discussion typique :

- On va prendre ce raccourci par la montagne
- t'es sûr ? la route n'est pas indiquée sur la carte...
- Mais oui, t'inquiète, tu verras, ça sera plus joli que la nationale

La petite route bucolique s'est vite transformée en route rocailleuse et minuscule de 1m de large, entrelacée à l'infini sur une pente de 60% donnant sur un ravin vertigineux (sinon, ça aurait été trop simple).

- ah, ben ça monte !
- effectivement...
- c'est sympa, hein ?
- mmmm...
- c'est plus marrant que la nationale
- oui hihi (rire crispé)
- pourquoi tu t'agrippes à la portière ?
- pour sauter plus vite, au cas où...

2 heures après, 3 litres de transpiration évaporés, les dents qui grincent, les cheveux qui tombent, et là, horreur absolue, un croisement...

- Euh... on prend quelle direction ?
- JE NE SAIS PAS MOI ! LA 1ERE ROUTE N'ETAIT PAS SUR LA CARTE, ALORS TU PENSES BIEN POUR CE CROISEMENT...
- T'énerve pas, moi je dirai à droite
- Moi, à gauche !
- Fais-moi confiance
- Permets-moi de douter, ça fait 3 heures qu'on est paumés et qu'on n'a pas vu un seul bled. Pas une chèvre et même pas le moindre vermisseau. Et la nuit tombe, on va mourir de soif et de faim, carbonisés dans un ravin. Et les chats n'auront même pas assez de croquettes pour survivre une semaine de plus...
- Tout de suite, tu dramatises... Tiens un panneau !
- C'est écrit en grec et à mon avis, ça veut probablement dire : "SOS, me suis perdu depuis 3 ans dans les montagnes, je vis comme un ours et j'ai dû manger ma femme et mes enfants pour survivre. Heeelllpp !!!"

3 heures plus tard, on retrouvait notre petit club avec nos animateurs préférés et on se défoulait sur "pousse la nana et moule café" en batifolant dans la piscine.
Ouaip, ben moi demain, je reste au club, profiter de l'aquagym, du step, du cours d'abdofessiers et des jeux apéros ! pioupioupioupioupiou....

- Hé, Mario, dit la jeune jeune fille prépubère, c'est quoi ton numéro ?
- Le 12
- ton numéro de téléphone c'est le 12 ?
- Non, ça c'est ton numéro ! Tu passeras me voir ce soir à 23h25 après les 11 autres.

Ah, sacré lui... Et dire que j'aurais pu gagner le poster dédicacé de mario en string à la tombola de samedi soir. Quel dommage...

Publié dans Cochon dingue

Commenter cet article

doggy-man 28/07/2006 09:23

merci pour ce petit moment de détente ,qui ne va pas sans rappeler certaines mésaventures .
encore bravo et  à bientot

Clairon 27/07/2006 15:43

Sympa tes vacances, ça me fait presque regretter que lesm iennes commencent dans 3 jours (nan j'décoooooooooonne).
 
Et pis moi j'avai tout bien compris à ta phrase (et hop, un plan lèche botte!!!)

2 2 27/07/2006 10:04

Chère madame CochonDingue,l\\\'ayatollah grammatical que je suis attire votre attention sur cette phrase, point très clair :"Le matin, alors que Super-Mario, l\\\'Italien torride et Super Jaimie, la GO à voix de dindon mettaient le feu à la plage de français amorphes rôtissant sous le soleil et fuyant les "Olé ! pioupioupioupioupiou..." et autres animations débiles, nous partions dans notre jolie Nissan pour une petite balade crétoise."Sinon content de voir que vous vous êtes bien amusés (gniark gniark), et que vous allez mieux.

Le cochon dingue 27/07/2006 10:54

Tu chipotes là. Ma phrase est parfaitement construite, un peu longue mais il faut juste prendre son souffle. Je ne savais pas que tu t'étais reconverti en Bernard Pivot des blogs.
M'en vais faire un petit tour sur le tien pour trouver quelques fautes d'orthographe (si si, j'en trouverai !)