Chacun cherche son chat

Publié le par Le cochon dingue

Quatre jeunes blacks en survête squattaient devant un immeuble. Le chat passait par là, tranquille pépère, un beau chat tigré gris que je voulais adopter avant que je ne sache qu'il appartenait à la tenancière du bar à poivrots qui fait l'angle de ma rue. Les jeunes avaient ouvert la porte de l'immeuble et tentaient d'attirer le chat. " Viens là, minou, petit minou, viens". Le chat s'approche, "Vas-y, chope-le !". L'un d'eux essaye de l'aggripper, mais le félin se carapate à quelques mètres.
Fuis, fuis ! On ne t'a jamais appris à te méfier des inconnus ? Je suis la scène avec une légère appréhension, qui s'avère justifiée puisque quelques secondes plus tard, le chat se fait choper et la porte de l'immeuble se referme sur la bande et sa victime.
Merde, qu'est-ce qu'ils lui veulent à ce pauvre matou... Rien, sûrement rien, juste s'amuser un peu, le carresser ou le maltraiter légèrement, le dépecer, le brûler, l'assassiner. Ca craint, il faut que j'appelle Gazmouth pour lui dire "Descends tout de suite, il y a 4 grands blacks qui ont kidnappé le chat du bar". Bon, je ne suis pas sûre qu'il me prenne au sérieux... Je crois que je vais me débrouiller toute seule, il faut agir vite.
Je frappe chez la propriétaire du bar, elle ne répond pas, fallait s'y attendre. J'entends du bruit à l'intérieur, mais elle doit se méfier. J'insiste. Elle passe un oeil : "qu'est qu'il y a ?"
"Bonjour, il est bien à vous le chat gris tigré ? Parce qu'il y a des jeunes qui l'ont obligé à rentrer dans un immeuble". Elle sort et on se dirige toutes les deux vers le lieu du crime, la bande ressort de l'immeuble à ce moment-là, mais sans le chat. La bonne femme se tourne vers moi et me demande : "Et maintenant, qu'est-ce qu'on fait ?".
Comme si j'en savais quelque chose, moi. Je ne suis pas flic, ni super-héros et ces gars qui nous dévisagent du haut de leur mètre 90. Courage, ma fille, ils n'ont pas l'air si méchant.
" Bonjour, auriez-vous vu un petit chat gris par ici ?" Dis-je avec mon plus beau sourire. Le moment de vérité est arrivé, soit je me le prends dans les dents, soit ils coopèrent.
"Ouais, il est dans l'immeuble" " il est à l'intérieur", me répondent-ils tous en même temps.
" Vous pouvez nous ouvrir ?". L'un d'eux connaissaient le code, la porte s'ouvre sur une deuxième porte vitrée.
" Le chat est coincé au 1er étage", continue le jeune.
On se demande bien qui l'a coincé là... mais enfin, ils n'ont pas l'air de mauvais bougres. Le petit museau gris dépasse du haut de l'escalier.
" Comment on ouvre cette porte maintenant ?" " Je sais pas, on n'a pas la clé", dit le mec en tentant de la défoncer. Un autre appuie sur tous les boutons de l'interphone et bientôt l'entrée résonne de "Allo" "Oui ?" " Qu'est-ce que c'est ?" " Ouvrez-moi, j'ai perdu mon chat, il est coincé dans votre immeuble". Personne n'ouvre, mais tous les voisins sortent petit à petit pour voir, jusqu'à former un attroupement dans l'escalier. Les blacks se sont barrés en vitesse et la bonne femme explique aux voisins comment je l'ai prévenue du kidnapping et tout le monde me regarde comme si je venais de sauver la planète.
Elle sert le chat dans ses bras et me remercie chaleureusement de tout ce que j'ai fait. En fait, j'ai rien fait. En fait, j'ai flippé pour rien, les jeunes n'étaient pas des tueurs de chat, ils ne voulaient pas en faire une descente de lit, mais même si je n'ai pas sauvé le monde ou du moins un minou d'une tentative d'assasinat, il reste cette impression indescriptible, que doivent ressentir les pompiers, d'avoir été utile et d'avoir partagé quelque chose.

Publié dans Cochon dingue

Commenter cet article

filaplomb 15/02/2007 14:25

Et même pas tu lui demandes son nom au chat ! :-)Ingrate, va…JGX : Jeune Gars Xylophage

Akeen 15/02/2007 01:27

Je déambulais sur le net et je suis tombé sur votre blog... Alors je lis, je trouve touve tout ça fort sympathique et là quelque chose chagrine mon esprit dans l'histoire du petit chat...
Pourquoi faut-il toujours préciser que les gens sont blacks, marrons, jaunes, etc... C'est moche, c'est réducteur, c'est triste...
C'est tellement plus simple de ranger les gens dans des tirroirs mais ne faut-il pas essayer à un moment se demander ce que peuvent penser les gens qu'on y a enfermé..
 

Le cochon dingue 15/02/2007 13:49

Vous avez tout à fait raison, mais c'est justement ça que je dénonce.Quand je suis entrée dans la ruelle, il y avait bien 4 grands blacks en survête qui emmerdaient un chat. Ma toute première réaction a été de me méfier et d'accélérer le pas, parce que j'avais toutes ces idées préconçues qu'on a forcément à cause des médias, des reportages sur l'insécurité, des histoires de viols et de tournantes dans les cités, etc.On a beau combattre le racisme, on n'est jamais à l'abri de préjugés sur les autres.Ce que je voulais justement dire dans ce post, c'est qu'on a tous par moment la peur de l'étranger, quelqu'il soit. Quand j'ai parlé à ces 4 jeunes, je me suis rendu compte qu'ils étaient assez cools et serviables.Voila, c'est tout, c'était une réaction à la con je ne dis pas le contraire, mais que celui qui n'a jamais eu de préjugés de ce genre, me jette la pierre.

2 2 29/11/2006 14:35

C'est pas ça, communiquer ? Dépasser les appréhensions et les a priori (et les alitérations) pour essayer de rendre le monde meilleur - même de manière insignifiante, pace qu'on ne sait pas où s'arrêtera l'effet papillon ?