The mouton of the prairie verte

Publié le par Le cochon dingue

Ouhouuuuuuuu…

Par une nuit sans lune, sans croissant et sans pain au chocolat, un mouton vert parce qu'il s'était trop roulé dans l'herbe en désobéissant à sa mère, n'arrivait pas à trouver le sommeil.

Grrrrr…

C'était le canard boiteux du troupeau. C'est vrai qu'il ressemblait à un canard, surtout ses oreilles. Mais pensait-il, je ne suis pas vraiment boiteux, je cours très bien dans la prairie, je vais même plus vite que le chien. Il aurait voulu leur montrer à tous les autres, ces brebis galeuses, tous ceux qui se moquaient de lui à cause de ses oreilles de canard, qu'il était mieux qu’eux, plus fort, et plus courageux.

Croc croc croc

Pas de soleil, pas de lune, pas d’étoiles, boycott général. La nuit attendait ses hôtes, tournait en rond et campait sur ses positions.
Le mouton vert essayait de dormir mais il repensait à sa journée. Il n’avait jamais aimé l’école. “Je ne comprends rien au phénomène de mastication de l’herbe grasse sur l’organisme, ni à la psychologie du berger allemand autoritaire”. Il repensait au sujet de sa dissertation : “l’agneau de Dieu et la chèvre de monsieur Seguin, figures emblématiques de notre époque”. Il avait alors réalisé l’ampleur du vide cosmique de sa pensée.
Lui, il voulait s’amuser. Il était encore trop tôt pour réfléchir aux choses graves.

Miam miam

Son peuple était en guerre, mais ça ne le concernait pas.
Chaque nuit l’ennemi était aux portes de la bergerie. Chaque nuit, à pas de loup, le monstre se glissait entre les siens.
Personne ne bêlait mot. On s’étonnait faussement des disparitions, on parlait de fugues et d’enlèvements extraterrestres, mais il était incongru de parler de loup.
Notre mouton avait quelques idées pour mettre fin à l’amenuisement régulier de sa famille.
Il avait même un plan de défense. Le troupeau devait se regrouper en formant une masse compacte qu'on pourrait de très loin confondre avec un énorme mouton aplati.
Cette ruse très fine portait le nom de code : god bless the innocent victim of tragedy international of mondial theory of elimination of poor brebis, résumable en GBTIOTIOMTOEOPB.
Notre mouton avait même pensé perfectionner ce projet, il comptait peindre ses compagnons en vert pour qu'ils se confondent avec la prairie. Mais occupé à s’amuser, il n’en avait jamais parlé.

Cronch, cronch, cronch

Il était trop tard maintenant, son plan tombait à l’eau et lui tombait de haut.
aïe, aïe, aïe
Le mouton vert virait au rouge.
Le loup sur lui croqua une dernière fois.
Et puis plus rien. Juste la nuit sans lune, sans croissant et sans pain au chocolat.

Ouhouhouuuuuh

Publié dans Nouvelles

Commenter cet article

La cochonne dingue 16/03/2007 11:07

Oui, tu peux m'aider à faire des illustrations. On ne les signera pas de mon nom, c'est tout.J'aime beaucoup la girafe, je vais me la mettre en fond d'écran.

JNo 15/03/2007 12:48

Euh... C'est pas un mouton, ça, c'est un porc qui a revêtu une peau de léopard. Cela dit c'est très joli (c'est toi qui l'as fait ?).

Iyhel 15/03/2007 07:21

Si tu veux Cochon, je veux bien t'aider à faire les illustrations, j'ai un mauvais goût très sûr. Voici déjà un mouton :Je sais aussi faire les girafes, même s'il n'y en a pas dans ton histoire :

BeB 14/03/2007 23:51

Ton histoire est bien triste, doux cochon, l'issue fatale de ton agneau n'a d'égale que la poésie avec laquelle il se fait croquer. Chapeau bas ! Mais comme l'a déjà dit M. Magic, à quand l'illustration en traits et en couleurs du destin morbide du mouton vert ?

magic 14/03/2007 19:06

Ok, maintenant, j'en suis plus que certain, t'es completement barré, le cochon!Et sinon, la même avec les illustrations, c'est possible ?