Ploucville (episode1)

Publié le par Le cochon dingue

Ploucville. Trou paumé dans le Limousin. Là où il pleut 362 jours par an, le reste du temps il grêle. Là où chaque année pour les vacances, mes parents me séquestrent dans la maison familiale héritée de bisaïeuls qui n’avaient vraiment pas de pot d’habiter là. 

Ploucville, sa mairie, son bistrot et son cimetière. Deux ou trois vieux qui ruminent à leurs fenêtres en s'espionnant mutuellement, quelques vaches dans les prés qui regardent les tracteurs passer. Bref beaucoup de ruminants. Et puis il y a la piscine dans notre jardin qui nous hisse au rang de superstars du patelin, de nababs du village.
J’aime pas ce bled pourri mais pourtant j’y passe toutes mes vacances. Je donnerais n’importe quoi pour aller ailleurs. Je ne rêve même pas du Maroc ou de l'Australie, non, je me contenterais juste de l’Aveyron. Voire même de l’Ariège. 

Aujourd’hui, c’est le grand chambardement. Les Poinsard débarquent. Maman a préparé les chambres, Papa a nettoyé la piscine des mulots qui viennent crever dedans. L’humeur est à la fête. Tout doit être parfait ! C’est Maman qui le dit. Suivi de près d’un habituel : Lucie, range ta chambre ! 

Les Poinsard et mes parents se sont rencontrés à la fac. Maman était avec Gérard et Papa avec Yola. Mais à force de se coller les uns aux autres, ils se sont mélangés. Maman flirtait avec Yola qui elle-même était amoureuse de Gérard qui était attiré par Maman qui couchait avec Papa. Enfin, je dis ça, mais j’en sais rien, c’est ce que j’imagine. Finalement les couples se sont fixés pour de bon, les mères ont accouché et se sont prises à rêver un avenir commun pour leur descendance. Gérard et Yola ont un fils, Jeremy, qui est censé m’épouser dans quelques années, c’est ce qu’ont planifié nos parents réciproques un soir d’été, il y a 15 ans, alors qu’ils étaient tous réunis autour d’une bière. Un parfait exemple des dangers de l’alcool sur le cerveau… 

Gérard Poinsard a la cinquantaine bedonnante. Il a l’air sympa, de loin. Mais vraiment de très loin. Avec son large sourire et son allure débonnaire on pourrait s’imaginer que c’est le père Noël déguisé en civil, mais cette impression sympathique s’écroule aussitôt qu’il ouvre la bouche.  

- Alors, Lucie, quoi de neuf depuis l’année dernière ? Me demande le Poinsard en portant sa valise à l’intérieur. Mais dis-donc, tu deviens une vraie femme ! Tu es jolie comme un cœur. 

Se méfier de Gérard. C'est un gros pervers comme on en voit dans les journaux télévisés.  

- Jeremy n’ose pas sortir de la voiture, il est stressé de te revoir… J'espère que tu seras gentille avec lui ! 

Et voilà que ça recommence. Toujours à me mettre son fils dans les pattes. Un vrai proxénète, ce type ! Les vacances c’est déjà l’horreur, mais avec les Poinsard en prime, je frise le suicide au détergent industriel.

Publié dans Ploucville

Commenter cet article

Cochon 24/11/2009 10:31


Merci Lucie, je suis contente que l'histoire te plaise. Quant à savoir si elle est vraie ou pas, je préfère laisser planer le doute :)
J'irai faire un tour sur ton blog !
A bientôt


equijump0103 22/11/2009 16:16


Elle est géniale cette histoire, tu est une écrivain? Tu sais que moi aussi je m'appelle Lucie? Non mais franchement est-ce que c'est une histoire vrai parche qu'elle est drôlement drôle!!! Moi
j'écris des romans. Des romans sur les chevaux. Mes deux premiers sont "le secret de Julie" et "Demain à l'aube". Si tu veux en savoir plus, va sur mon blog!


Cochon 04/11/2009 01:22


Promis, elle ne se suicidera pas (mais suite à un ongle incarné, elle chopera une gangrène fulgurante qui lui fera perdre tous ses membres). Et comme mes histoires se finissent toujours en happy
end, elle deviendra une femme-tronc célébrée de par le monde pour son don si particulier qui est de toucher le bout de son nez avec sa langue.
Joyeux anniversaire, Anne-Cath :)


Anne-Cath 03/11/2009 23:35


Ah non pas de blague, hein! Pas de suicide le jour de mon anniversaire!


Cochon 03/11/2009 16:02


Tu as tout à fait raison, c'est une erreur impardonnable. Il pleut, il grêle ET il neige dans le Limousin. D'ailleurs, rien que d'y penser, ça me fait des frissons. Je cours enfiler une polaire :)